François Fillon contrarie les chances de Marine Le Pen

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Tranquille mais habile, conservateur mais populaire, l’ancien premier ministre François Fillon, désormais favori pour devenir le candidat du parti Les Républicains (LR) pour l’élection présidentielle 2017, pourrait bien être aussi le « pire » problème de Marine Le Pen au premier comme au deuxième tour.

Incarnant le plus les valeurs conservatrices parmi les candidats de la droite classique, François Fillon réussit à fédérer la vieille famille politique de la droite catholique éprouvée par le mariage pour tous et profondément meurtrie par le manque de considération de la classe politique française notamment au regard de la hausse exponentielle des actes christianophobes perpétrés en France.

Ferme dans ses convictions, François Fillon s’est forgé l’image d’un homme politique solide à même de relever les défis du monde contemporain, notamment face aux grands tels Donald Trump, Xi Jinping et son ami Vladimir Poutine. Conservateur, Catholique, partisan d’un rééquilibrage des relations extérieures notamment avec la Russie, ennemi non-polémique et déclaré de l’Islam politique, très expérimenté, François Fillon pourrait bien priver Marine Le Pen d’une part substantielle de l’électorat de droite qui lui aurait été acquis si Alain Juppé sortait vainqueur des primaires.

Libéral, François Fillon n’a guère varié ces dernières années sur son constat réaliste d’une France en sérieuse difficulté, mais qui peut et qui veut être grande à nouveau. Par son positionnement plus à droite, François Fillon fragilise Marine Le Pen et encourage involontairement l’émergence d’une candidature plus solide à gauche qui serait alors renforcée par quelques partisans de l’alternance heureuse promise par un Alain Juppé finalement vaincu.

Fondant ainsi les bases d’un nouvel affrontement droite-gauche et poussant le Front National (FN) un peu plus vers une hypothétique et risquée troisième voie du « ni droite ni gauche », François Fillon est à rebours de l’unanimité médiatique le plus à même de contrarier les chances élyséennes de Marine Le Pen.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Charles Rault

Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.