Donald Trump reste sous-estimé par les médias et les « élites »

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Après beaucoup d’échanges avec divers correspondants aux Etats-Unis, et une vaste analyse des données disponibles sur les réseaux sociaux, il semble se confirmer que Donald Trump, le candidat Républicain à l’élection présidentielle 2016, est encore sous-estimé par les médias et ses adversaires politiques. Comme pour les élections primaires qu’il a pourtant largement remportées, Donald Trump reste sous-évalué dans sa capacité à mobiliser autour de sa candidature.

Le profil des électeurs qui s’apprêtent à voter pour lui en novembre est très diversifié et recoupe toutes les catégories sociales, ethniques, professionnelles et politiques existantes aux Etats-Unis. A l’instar de son ancien concurrent Ben Carson, des afro-américains estiment que Trump incitera à la réussite plutôt qu’à l’assistanat dont ils estiment qu’il a empiré la situation des minorités. Des latinos installés légalement sur le sol américain, souvent anciens électeurs de l’actuel président Démocrate Barack Obama, soutiennent maintenant Donald Trump car ils sont contre l’immigration illégale qu’ils qualifient « d’injuste. »

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 5 euros par mois.
  2. Par chèque avec 60 euros par an.

Partout en Amérique, d’anciens serial-abstentionnistes, des primo-votants, des Démocrates, des militants du « socialiste » Bernie Sanders, des jeunes inquiets de leur avenir comme des anciens déçus de ce qu’est devenue l’Amérique – et son mode de vie – disent vouloir voter pour Donald Trump. Ils sont de toutes les couleurs, du Texas, de l’Alabama, du New Jersey et ils veulent non pas de l’aide pour vivre ou survivre, mais de l’aide pour réussir et prospérer.

Le fait que Donald Trump ne soit pas un homme politique et que son franc-parler – et ses gaffes – le vouent aux gémonies médiatiques depuis presqu’un an maintenant consolident en fait son capital sympathie. Les foules immenses dont une majorité est régulièrement refusée à l’entrée de ses meetings sont le signe d’une chance mince mais réelle de le voir conquérir la Maison Blanche le 8 novembre prochain. Comme le 17 juin 2015, Le Politique l’écrit à nouveau : que vous l’appréciez ou non, ne sous-estimez pas Donald Trump.

Partager :


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Charles Rault

Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *