L’élection de Richard Ferrand, le Hollandisme cheap ou la continuité de l’ancien monde

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Que reste-t-il du « nouveau monde » et a-t-il jamais existé ne serait-ce qu’un instant ? se demandent nombre d’élus et d’électeurs concernant le président de la République Emmanuel Macron et son parti La République en marche (LREM).

Après la nomination de François de Rugy au ministère de l’économie, le député (ex-socialiste) Richard Ferrand devrait logiquement lui succéder à la présidence de l’Assemblée nationale (AN) puisque désigné candidat du groupe majoritaire LREM qu’il a présidé depuis juin 2017 non sans quelques difficultés.

Celui que l’on décrit comme « l’homme triste de la macronie » avait été écarté du gouvernement suite à son implication présumée dans l’affaire dite des « Mutuelles de Bretagne » mais semble avoir retrouvé la pleine faveur d’Emmanuel Macron qui soutient son élection comme quatrième personnage de l’Etat.

L’intégralité de cet article est réservée aux Abonnés

Abonnez-vous pour 5€ et soutenez Le Politique.
Le Politique est intégralement financé par ses Abonnés:
– Soutenez un média indépendant,
– Accédez à l’intégralité du site,
– Ne lisez que le plus pertinent.

Abonnez-vous ou Connectez-vous

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 2 euros par semaine.
  2. En ligne avec 5 euros par mois.
  3. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.