Adrien Perez, cette France assassinée qu’ignorent les politiques et les médias

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

A chaque semaine ou presque son fait divers sordide, son drame de violence gratuite et son paroxysme d’incurie étatique. Dans la lutte contre l’insécurité et contre le racisme, le « mâle blanc » n’est rien. Pire, il n’existe pas puisque même assassiné dans une agression au motif raciste souvent fortement présumé, ni les médias ni les associations ni le gouvernement ne pipent mot.

Silence donc sur ces nombreux morts assassinés le plus souvent par des récidivistes notoires dont les peines, si souvent clémentes, ont permis la transformation graduelle en véritables prédateurs. Adrien Perez avait 26 ans et il est mort assassiné dimanche 29 juillet 2018 d’un coup de couteau en plein cœur alors qu’il secourait un couple d’amis agressé par trois délinquants, des « jeunes » qui n’en sont plus du tout et dont la « carrière » est déjà souvent celle de vétérans du crime.

M. Perez est mort héroïquement mais dans l’ignorance d’une société totalement obnubilée par des causes tapageuses et superficielles plus que par des causes réelles et sincères. A l’instar d’Arnaud Beltrame, Adrien Perez rappelle ces innombrables « mâles blancs » sacrifiés sur l’autel sanguinaire du politiquement correct qui tolère l’intolérable et propage le laxisme tout en démolissant la dernière digue contre l’obscurantisme.

Adrien Perez ne fera probablement pas la une des journaux, Emmanuel Macron n’en dira rien et ses parents vivront leur immense souffrance dans cette prison mentale qu’est devenue l’Europe, un lieu qui tue ses propres enfants au nom du mal-nommé « progressisme » et qui n’assure plus du tout la sécurité de ses habitants.

« Mâle blanc », jeune, respectueux des lois, Adrien Perez n’intéresse pas le microcosme germano-pratin-élyséen qui n’a cure des véritables héros et s’extasie devant la lie. « La police et les gendarmes font tout ce qu’ils peuvent, mais la vérité, c’est que l’Etat a peur de cette minorité de personnes ultra-violentes qui terrorisent la majorité des pauvres gens dans les quartiers », a déclaré Bruno Perez, le père d’Adrien.

Selon Le Dauphiné, « trois jeunes hommes ont été mis en examen dans cette affaire. Deux d’entre eux, Younes El Habib et Yanis El Habib, deux frères, respectivement suspectés du meurtre d’Adrien et de tentative de meurtre sur un ami d’Adrien, ont été placés sous mandat de dépôt. » Nos pensées vont aux parents, aux proches et aux amis d’Adrien Perez.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 2 euros par semaine.
  2. En ligne avec 5 euros par mois.
  3. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *