Odieux silence de Marlène Schiappa sur les violences commises par Alexandre Benalla

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Tête d’affiche du gouvernement d’Emmanuel Macron, l’ex-blogueuse devenue secrétaire d’Etat Marlène Schiappa se dit en première ligne de tous les combats en faveur de l’égalité et des Femmes – du moins de la conception qu’elle s’en fait.

Dénonçant systématiquement toute allusion qu’elle considère misogyne allant parfois même jusqu’à reproduire avec ses interlocuteurs masculins ce qu’elle leur reproche pourtant, Marlène Schiappa semble mener un combat sélectif. En effet, interrogée par une journaliste sur les violences commises sur une femme par Alexandre Benalla, un intime d’Emmanuel Macron, Marlène Schiappa est restée muette (1).

Comme pétrifiée, voire piégée par ses propres contradictions, la secrétaire d’Etat a démoli en quelques secondes tout son argumentaire répété ad nauseam depuis mai 2017. Dès lors que la violence serait commise par son camp, son habituelle virulence laisserait-elle donc place à une odieuse complaisance ?

Symbole d’une présidence macroniste en perdition, affolée par les nuages qui s’accumulent, Marlène Schiappa incarne toute l’hypocrisie de ce mandat présidentiel dont les combats aux causes souvent légitimes ne seraient en fait que de vaines postures. Madame la Secrétaire d’Etat, la violence faite aux Femmes n’est pas moins inacceptable selon qui la perpètre.

« Certains se réjouissent du sujet Benalla car ils espèrent un président faible, pour faire prospérer les peurs et les haines !, » osez-vous écrire, mais quid d’une réaction quant à la violence qu’il aurait exercée sur une Femme, au sol et dans la rue ? « Les gens, au marché, dans les parcs, dans la rue, (…) ce n’est pas un sujet qui les intéresse, » expliquez-vous ajoutant que « ce n’est pas une obsession. » Vous ne sauriez pas plus vous tromper, Madame Schiappa !

Notes

(1)

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 2 euros par semaine.
  2. En ligne avec 5 euros par mois.
  3. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *