Une majorité de militants LR approuverait la ligne Wauquiez et le renvoi de Calmels

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

« Nous avons besoin d’unité et d’une ligne claire quoiqu’en disent les médias qui, de toute façon, travaillent contre la droite » résume un militant Les Républicains (LR) interrogé après que le président du parti Laurent Wauquiez a limogé sa vice-présidente Virginie Calmels.

Depuis, la veille entreprise par Le Politique montre une dichotomie déjà maintes fois constatée entre le traitement médiatique de la vie politique française – notamment par les médias de « service public » – et l’opinion exprimée par une majorité de Français.

Que ce soit concernant l’expulsion des fichés S radicalisés, concernant les « migrants » de l’Aquarius, etc… la majorité des Français dit et pense grosso modo le contraire de ce qui est véhiculé par les médias en général. On retrouve donc le même décalage en matière politique puisque la droite incarnée par Laurent Wauquiez, structurellement absente des médias, est la cible de critiques que ne semble pas partager une majorité des électeurs de droite.

Justement parce qu’ils s’affirment « de droite », de nombreux militants estiment que si l’éclaircissement idéologique pose des problèmes aujourd’hui, il sera salutaire demain puisqu’ils le présument d’ores et déjà en phase avec ce que pensent les Français.

« Pour que la France reste la France » ne choquerait en fait à peu près personne « en dehors des beaux arrondissements de Paris », cosmopolites dans l’esprit mais fort peu dans la démographie de ses habitants. Presque 80 personnes sur 100 réagissent positivement à cette affirmation et certains ajoutent même combien « la France a changé » ces dernières années.

Objectivement donc, et à densité numérique pondérée, une majorité de militants LR paraît approuver la fermeté de Laurent Wauquiez (1) même si quelques voix font efficacement entendre leur accord pour plus de fermeté sur les sujets régaliens mais appellent aussi à plus de libéralisme en matière d’économie face à l’étatisme supposé du 2ème vice-président Guillaume Peltier et du secrétaire-général adjoint du parti Julien Aubert.

Enfin le remplaçant de Virginie Calmels et désormais numéro 2 de LR, Jean Léonetti, bénéficie d’une certaine popularité chez les militants et les sympathisants malgré quelques inquiétudes disséminées de son soutien passé à Alain Juppé.

Notes

(1) Beaucoup rappellent que Laurent Wauquiez a été élu dès le premier tour à la présidence LR en obtenant 74,64% des votes, « ceci expliquant cela ».

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 2 euros par semaine.
  2. En ligne avec 5 euros par mois.
  3. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *