Considérant le Bataclan, Sentinelle entretient donc un faux sentiment de sécurité

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Francis Demay est Saint-Cyrien et Colonel (er), ancien de la MMFL et de la DGSE.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Surprenant de lire l’article d’Ivan Rioufol (1) où l’on comprend que la préfecture de Paris n’avait pas voulu voir une “zone de guerre” dans le périmètre du Bataclan.

Pourtant au moment des faits, il avait été dit qu’il ne convenait pas de mélanger, sur un même objectif, forces de police et militaires de l’opération “Sentinelle” ? Par ailleurs, le général Bruno Le Ray, alors gouverneur militaire de Paris, avait dit qu’il aurait refusé l’ordre de riposter “faute de plan d’action prédéfini”.

Autrement dit, on préfère laisser un massacre être perpétré, plutôt que de ne pas respecter des principes qui ne reposent sur rien. En effet, la “zone de guerre” ce sont les terroristes qui la créent par une action dûment organisée et préparée.

Quant au “plan d’action prédéfini”, le général Le Ray n’en aura jamais, tant la menace terroriste se caractérise par sa grande diversité et sa forte ubiquité ; il ne s’agit pas de jouer un exercice type ”Ecole de guerre” ! En définitive, l’Etat reconnaît son impuissance, par manque de détermination.

Il serait plus honnête, à ce stade, de mettre un terme à l’opération “Sentinelle”… plutôt que d’entretenir un faux sentiment de sécurité : c’est inacceptable !

Notes

(1) in Le Figaro du vendredi 15 juin 2018, page 19.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 2 euros par semaine.
  2. En ligne avec 5 euros par mois.
  3. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Francis Demay

Francis Demay est Saint-Cyrien et Colonel (er), ancien de la MMFL et de la DGSE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *