Après l’indignation, doit-on interdire le concert de Médine au Bataclan ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Au Bataclan, cette salle de spectacle parisienne où des dizaines d’innocents ont été assassinés par des terroristes islamistes le 13 novembre 2015, se produira en octobre 2018 le rappeur Médine.

Ce dernier se décrit lui-même comme une « islamo-racaille », appelle à « crucifier les laïcards » et serait ami avec le prédicateur Tariq Ramadan, actuellement emprisonné et mis en examen pour viol. Un des albums de Médine sorti en 2005 s’intitule « Jihad » et celui sorti en 2009, illustré d’un poing noir, s’intitule « Arabian Panther » probablement en référence au parti extrémiste américain « Black Panther » dissous en 1982.

Au-delà des paroles, les admirateurs de Médine – nombreux puisque ses spectacles affichent déjà complets selon lui – plaident qu’il appelle en fait au « djihad intérieur » qui viserait à s’améliorer soi-même et non pas à attaquer autrui dixit « celui de l’intérieur contre mon mauvais moi-même » selon les paroles de Médine dans son titre « Jihad ».

Sauf que ces paroles semblent être contredites par d’autres autrement plus discutables à l’instar de « Porte le voile t’es dans de beaux draps, Crucifions les laïcards comme à Golgotha, Le polygame vaut bien mieux que l’ami Strauss-Kahn » ou encore « Si j’applique la Charia les voleurs pourront plus faire de main courante, (…) Islamo-caillera, c’est ma prière de rue » dans son titre « Don’t Laik ».

Aussitôt connues les dates de concerts de Médine qui avait exprimé dans son titre « Bataclan » son envie de s’y produire avec le refrain « tout ce que je voulais faire c’était le Bataclan », des milliers d’internautes et d’élus ont exprimé leur colère.

« Au Bataclan, la barbarie islamiste a coûté la vie à 90 de nos compatriotes. Moins de trois ans plus tard, s’y produira un individu ayant chanté « crucifions les laïcards » et se présentant comme une « islamo-caillera ». Sacrilège pour les victimes, déshonneur pour la France, » écrit Laurent Wauquiez (1), président des Républicains (LR).

« Aucun Français ne peut accepter que ce type aille déverser ses saloperies sur le lieu même du carnage du Bataclan. La complaisance ou pire, l’incitation au fondamentalisme islamiste, ça suffit ! » ajoute Marine Le Pen (2), présidente du Rassemblement National (RN, ex-FN).

« Il prévoit d’aller chanter « Crucifions les laïcards comme à Golgotha » et promouvoir son album Jihad au Bataclan, symbole de la barbarie islamiste. Français, battons-nous pour que Médine ne salisse pas la mémoire de nos morts, » estime Nicolas Dupont-Aignan (3), président de Debout La France (DLF).

En conséquence, le hashtag #PasDeMédineAuBataclan est rapidement arrivé en tête du classement Twitter France, partagé par des milliers d’internautes indignés dont certains promettent de tout faire pour annuler les concerts de Médine et de manifester au Bataclan si ceux-ci ont lieu.

Certains plaident la jurisprudence « Dieudonné » en référence à l’interdiction préventive faite à Dieudonné de se produire en 2014 – et confirmée par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) – tandis que d’autres chercheraient la potentialité d’un trouble à l’ordre public suffisant pour que le préfet empêche légalement la tenue des concerts de Médine.

Quelques-uns estiment toutefois qu’interdire ses concerts transformerait Médine en « martyr » de la « censure », augmentant ainsi son audience et générant des effets contreproductifs, quand d’autres plaident que la « Liberté d’expression » n’autorise pas tout et surtout pas « la profanation d’un lieu de massacre islamiste ».

Cette actualité montre combien la situation est tendue entre une France très majoritairement anti-islamiste et chez qui les attentats ont rendu extrêmement sensible tout ce qui pourrait apparaître comme ou constituer véritablement une attitude pro-islamiste et une France dénoncée comme complaisante avec ce qu’elle décrit comme un simple courant d’idées à ne pas confondre avec le terrorisme ; d’où présume-t-on l’absence de réaction d’Emmanuel Macron dont le conseiller Yassine Belattar compte parmi les soutiens de Médine.

Enfin, alors que Charlie Hebdo fut massacré pour de « simples caricatures », certains internautes estiment inacceptable que l’islamisme ait lui « tous les droits de provocation » en France, « terre judéo-Chrétienne et d’origine gréco-romaine ». Dans un pays meurtri, piqué à vif et extrêmement inquiet, tout ce que la loi permet ne fait clairement pas bon ménage avec la morale et surtout pas avec l’âme d’un peuple qui voit dans cette venue de Médine au Bataclan une grave insulte faite aux victimes.

« Chantez donc les mêmes paroles que Médine demain et visez d’autres groupes que les laïcards ou les Chrétiens, croyez-vous que vous serez autorisé à vous produire ? Vous serez accablé de procès ! » s’exclame un internaute « alors la Liberté d’expression plaidée par ceux qui osent même nier le caractère islamiste du terrorisme a bon dos ! » conclut-il.

Une fois encore, l’islamisme fait la une et la France bout, au point qu’on se demande avec inquiétude jusqu’à quand la bouilloire sifflera sans exploser. La fracture nationale est malheureusement nette, grave et douloureuse.

Question

Doit-on interdire les concerts de Médine prévus au Bataclan ?

Voir Résultats

Loading ... Loading ...

Notes

(1)

(2)

(3)

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 2 euros par semaine.
  2. En ligne avec 5 euros par mois.
  3. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Une pensée sur “Après l’indignation, doit-on interdire le concert de Médine au Bataclan ?

  • 15 juin 2018 à 18 h 06 min
    Permalink

    On ne chante pas n’importe quoi n’importe où ! Un peu de respect svp…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *