Chômage, dette, euro, fiscalité : la chute d’Emmanuel Macron ?

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

En tant que Secrétaire-général adjoint (SGA) de l’Elysée, Emmanuel Macron avait conseillé à François Hollande le choc fiscal de 2012. Voué à relancer l’économie française par une politique publique généreuse, il a finalement multiplié les impôts et surtout tué toute reprise durable de la croissance économique.

Par conséquent, l’économie française est restée en panne pendant cinq ans, ne produisant quasiment aucune valeur ajoutée et multipliant les dettes dont le coût financier est si colossal que l’Etat emprunte pour payer les intérêts – autrement dit, il paye d’autres intérêts pour s’acquitter des premiers.

Malgré la catastrophe, Emmanuel Macron sera pourtant récompensé en étant nommé ministre de l’économie de 2014 à 2016, période pendant laquelle 900.000 chômeurs en plus seront comptabilisés pendant qu’il organisera aux frais des contribuables sa candidature présidentielle dixit son collègue socialiste du budget Christian Eckert.

Elu président de la République en mai 2017, Emmanuel Macron renouvelle exactement la même politique en générant un deuxième choc fiscal. Comme sous son prédécesseur, et quand bien même l’économie française touche-t-elle le fond, l’exécutif présidentiel annihile toute possibilité de rebond en multipliant les mauvaises décisions.

Alors que le chômage de la zone euro est au plus bas depuis 2008, celui de la France enchaîne record sur record en dépit des tentatives désespérés de la majorité présidentielle En Marche d’arranger les statistiques à coups de radiations, de mises en formation ou de départs anticipés à la retraite.

Au premier trimestre 2018, le chômage a bondi de 3,1% soit plus 83.000 personnes pour un total de plus de 6.5 millions de chômeurs toutes catégories, soit le double que sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Concernant l’euro, l’opération séduction de Macron auprès de son homologue allemande Angela Merkel a été remerciée par l’humiliation de 154 économistes allemands rejetant son plan pour l’euro que le nouveau gouvernement italien de Giuseppe Conte n’exclut pas de quitter.

En même temps, et malgré les avertissements répétés de Cyceon depuis 2015, l’Allemagne se tient prête à doubler tout le monde avec un Gerxit surprise et instantané en cas « d’aggravation irrémédiable de la situation en zone euro ».

Sur le front économique, la croissance et la consommation françaises sont au point mort, littéralement tués par la hausse vertigineuse de la fiscalité sur les carburants (+40 centimes sur le litre de diesel en quelques mois) et les craintes légitimes d’une hyperfiscalisation de l’immobilier.

A mille lieues d’être « libéral », Emmanuel Macron persévère dans l’erreur de ce qu’il fit sous l’autorité de son mentor politique François Hollande. La France croule sous les impôts, le chômage bat tous les records, la précarité explose, la pression fiscale est insoutenable. En Marche vers la ca-ta-stro-phe ?

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 2 euros par semaine.
  2. En ligne avec 5 euros par mois.
  3. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

2 pensées sur “Chômage, dette, euro, fiscalité : la chute d’Emmanuel Macron ?

  • 4 juin 2018 à 11 h 15 min
    Permalink

    macron se trompe de cible les artisants commercants petites entreprises sont les vaches a lait mais les parasites ceux là ne sont pas touchés et tant qu’ils ne le seront pas il n’y aura pas d’économie tous est en augmentation les impots les taxes le déficit la dette bref je prends la trouille !!

    Répondre
  • 4 juin 2018 à 12 h 29 min
    Permalink

    « La Chute d’Emmanuel Macron ? » Non. Il aura obtenu ce qu’il voulait, en instaurant un système dans lequel les plus riches auront durablement beaucoup gagné aux dépens de tous les autres. Une fois totalement grillé de la vie politique, les plus riches sauront lui être reconnaissants…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *