La classe politique française condamne largement l’action militaire en Syrie

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

« La mission est un succès, » a beau affirmer la ministre des Armées Florence Parly, les condamnations politiques s’accumulent après la participation de la France à des frappes militaires en Syrie.

A l’instar de Jean Lassalle, député de la 4ème circonscription des Pyrénées-Atlantiques, qui écrit « en attendant vos preuves irréfutables après le terrifiant forfait dans lequel vous avez commis la France, Emmanuel Macron, je ne vous reconnais plus comme président de mon pays, » (1) de nombreuses personnalités politiques, à gauche comme à droite, contestent avec virulence la légitimité de ladite participation.

Laurent Wauquiez, président des Républicains (LR), affirme ne pas croire à l’utilité de frappes punitives. « Frapper pour frapper, pour donner le sentiment de faire quelque chose, sans qu’il y ait une quelconque stratégie derrière. La priorité du président à l’international doit être de lutter contre les islamistes, » écrit-il (2).

« Quels sont les buts de guerre des bombardements de cette nuit ? Il n’y en a pas. Surtout après avoir informé les Russes et donc Bachar el-Assad de la trajectoire des missiles. Au total, une gesticulation périlleuse sans objectif concret, » ajoute Jean-Luc Mélenchon (3), dirigeant de la France Insoumise (FI).

« Ces frappes contre la Syrie nous engagent dans une voie aux conséquences imprévisibles et potentiellement dramatiques. La France perd à nouveau une occasion d’apparaître sur la scène internationale comme une puissance indépendante et d’équilibre dans le monde, » explique Marine Le Pen (4), présidente du Front National (FN).

« Emmanuel Macron et (son homologue américain) Donald Trump jouent aux apprentis sorciers. Je condamne totalement cette intervention en Syrie qui est sans issue, » insiste Nicolas Dupont-Aignan (5), président de Debout La France (DLF).

Enfin, « suite à la décision solitaire et illégale d’Emmanuel Macron de frapper militairement en Syrie, » écrit François Asselineau (6), président de l’Union populaire républicaine (UPR) et ancien candidat à l’élection présidentielle 2017, « je demande aux parlementaires d’engager la destitution du président de la République, selon l’article 68 de la Constitution. »

Bien seul, Olivier Faure (7), fraîchement devenu premier secrétaire du Parti Socialiste (PS), soutient Emmanuel Macron en estimant que « les attaques répétées du régime de Damas contre son peuple imposaient une réaction. »

En résumé, hormis En Marche (LREM) et le PS dont LREM est issu, tous les dirigeants de partis politiques français condamnent la décision d’Emmanuel Macron d’impliquer les forces armées françaises dans les frappes militaires en Syrie. Rarement voire jamais un chef de l’Etat n’a agrégé autant d’opposition politique contre lui après seulement un an de mandat.

Approuvez-vous la participation de la France aux frappes militaires en Syrie ?

Notes

(1)

(2)

(3)

(4)

(5)

(6)

(7)

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 2 euros par semaine.
  2. En ligne avec 5 euros par mois.
  3. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

5 pensées sur “La classe politique française condamne largement l’action militaire en Syrie

  • 16 avril 2018 à 12 h 45 min
    Permalink

    Et François Asselineau qu’a-t-il dit ? Je sais bien qu’il a fait 3 % de moins que Dupont Aignan, mais il a fait plus que Lassalle et son parti compte 31000 adhérents à jour de cotisation…

    Répondre
    • 16 avril 2018 à 13 h 28 min
      Permalink

      Rectification .. Asselineau a malheureusement fait moins aussi que Jean Lasalle à la présidentielle …
      Il a juste fait mieux que Cheminade et Arthaud … C’est triste mais c’est comme ça !

      Concernant le nombre d’adhérents, nous ne sommes pas encore 31.000 (même si ça sera pour cette semaine certainement), et dans ces 31.000 il y en a qui ne sont pas à jours de cotisation ! +26.000 adhérents sont à jour de cotisation.

      Répondre
  • 16 avril 2018 à 13 h 19 min
    Permalink

    C est incroyable de qualifier cela de classe politique et de ne jamais citer François Asselineau et l’UPR. C est d’une HYPOCRISIE sans nom !

    Répondre
  • 16 avril 2018 à 15 h 36 min
    Permalink

    Merci de citer la position de l’UPR pour ces frappes en Syrie svp.

    Répondre
  • 16 avril 2018 à 15 h 45 min
    Permalink

    Suite à plusieurs demandes a été ajoutée la réaction de François Asselineau, président de l’Union Populaire Républicaine (UPR).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *