Emmanuel Macron et l’infirmière du CHU de Rouen, le choc de deux mondes

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

Contributeur
Francis Demay est Saint-Cyrien et Colonel (er), ancien de la MMFL et de la DGSE.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

Le président de la République Emmanuel Macron a eu le 5 avril 2018 un échange, pour le moins tendu, avec une infirmière dans un établissement hospitalier de Rouen. Mis en difficulté devant les caméras, il a choisi de déplacer le débat sur celui de la courtoisie : lui l’étant et l’infirmière pas, soit !

Toujours est-il qu’il a ensuite rompu le contact au plus vite. Il semble assez évident que sa décision très rapide de s’adresser à l’ensemble des Français sur TF1, relayée par LCI aussi, soit liée à cet incident. Il ne peut accepter d’avoir été ainsi malmené et veut, à tout prix, reprendre la main dans le domaine de la communication – qui serait son point fort ? – devant tous les Français.

On peut faire confiance à Jean-Pierre Pernaut, originaire d’Amiens – quelle surprise ! – pour garder la courtoisie qu’on lui connaît, depuis 30 ans au journal télévisé de 13 heures. Mais, « la communication d’aujourd’hui sort des tripes, pas des neurones » dixit Jacques Séguéla.

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 2 euros par semaine.
  2. En ligne avec 5 euros par mois.
  3. Par chèque avec 60 euros par an.


Francis Demay

Francis Demay est Saint-Cyrien et Colonel (er), ancien de la MMFL et de la DGSE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *