François Fillon fut la vraie victime des Fake News en 2017

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Emmanuel Macron veut lutter contre les « fake news » partant du postulat discutable qu’il en a été victime durant l’élection présidentielle 2017, ce qui ne l’a pourtant pas empêché d’être élu ni d’obtenir une majorité absolue à l’Assemblée nationale à l’occasion des élections législatives qui s’ensuivirent.

De même que pour les attaques informatiques, En Marche et Emmanuel Macron ont certes absolument raison de déplorer d’avoir été la cible de celles-ci – plus encore si elles sont d’origine étrangère et donc constitutives d’une atteinte grave à nos institutions – mais ils oublient bien opportunément que tous les acteurs de cette élection présidentielle furent autant voire bien plus la cible de fausses informations, de calomnies et d’attaques informatiques.

Que dire de François Fillon hormis qu’il fut l’objet d’un acharnement médiatique indigne d’une démocratie et d’une machination véritable insulte à la République. Que dire de Marine Le Pen qui fut systématiquement caricaturée sans qu’aucune considération sincère n’émerge quant au désarroi parfois bien légitime de son électorat résumé en ce mot méprisant de « populiste ». Que dire de Jean-Luc Mélenchon contre qui les attaques redoublèrent quand En Marche lut notre analyse selon laquelle un mois de plus et sa courbe ascendante croiserait celle d’Emmanuel Macron alors à son maximum.

L’intégralité de cet article est réservée aux Abonnés

Abonnez-vous pour 5€ et soutenez Le Politique.
Le Politique est intégralement financé par ses Abonnés:
– Soutenez un média indépendant,
– Accédez à l’intégralité du site,
– Ne lisez que le plus pertinent.

Abonnez-vous ou Connectez-vous

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 2 euros par semaine.
  2. En ligne avec 5 euros par mois.
  3. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Commentaires fermés.