Bien que défait en Syrie-Irak, l’EI reste actif et menaçant ailleurs

Suivez Le Politique

Le président de la République Française Emmanuel Macron a déclaré que la guerre contre l’Etat Islamique (EI ou Daech) en Syrie et en Irak était sur le point d’être gagnée mais que cela ne signifiait pas la fin de la « guerre » globale contre le terrorisme.

« Dans le Golfe, en passant par l’Asie du Sud-Est et la bande sahélo-saharienne, nombreux sont encore les lieux où ce combat restera un combat aussi militaire, » a expliqué Macron alors qu’il s’exprimait devant les troupes françaises stationnées à Abu Dhabi. La Libye et la Corne de l’Afrique seraient par conséquent listées comme des zones prioritaires par les Armées.

« Il y aura toujours des djihadistes quelque part préparant quelque action violente et le côté militaire de notre politique antiterroriste sera insuffisant. Il y a bien d’autres choses qui restent à faire du côté civil de la situation, » a insisté une source diplomatique française auprès des médias.

Quant à la sécurité nationale de la France, Laurent Nunez a souligné dans une première interview depuis sa nomination à la tête du renseignement intérieur (DGSI) que « la volonté de Daech de nous attaquer est intacte. »

Partager :

Vous êtes des centaines de milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre notre développement et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, nous vous invitons à nous soutenir:

  1. En ligne avec 20 euros par trimestre,
  2. Par chèque ou virement avec 80 euros par an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *