130 gardes armés pour Macron, pas un cure-dent pour le sans-dent

Suivez Le Politique



Cliquez ici et accédez à tout Le Politique pour 5 euros.

© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Contributeur
Jacques Dubuisson est fonctionnaire à la retraite et s'intéresse aux problématiques sécuritaires.

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur et ne sont en aucune façon celles de Le Politique. Pour la liberté d'expression, vous êtes invités à contribuer au Débat.

L’incapacité du gouvernement à faire appliquer les lois les plus élémentaires – en plein « Etat d’urgence » – a mené à l’assassinat terroriste de deux jeunes cousines – Mauranne et Laura – à la gare Saint-Charles de Marseille le 1er octobre 2017.

Répétant les mots « déséquilibré » et « incident » pour cacher la nature notoirement terroriste de faits opportunément qualifiés de « divers », Emmanuel Macron et son gouvernement semblent ne plus pouvoir s’extirper de la spirale du mensonge dans laquelle ils se sont embarqués.

Après quelques « experts » envoyés à la télévision pour annoncer que l’égorgement et l’éventration de deux jeunes filles dans une gare par un islamiste relèvent désormais d’un simple fait divers, voilà qu’un ponte du renseignement italien démonte en une seule phrase la tactique irresponsable de responsables politiques visiblement dépassés par la problématique terroriste.

« Une hypothèse encore à vérifier est que c’est lui qui a endoctriné son frère Ahmed et provoqué sa radicalisation, » a expliqué Lamberto Giannini, chef de l’antiterrorisme italien, (1) en référence à Anis Hanachi, le frère d’Ahmed, l’assassin de Mauranne et Laura.

Les deux individus, ressortissants tunisiens dûment connus, déambulaient irrégulièrement depuis longtemps en Europe malgré les forts soupçons d’activités « radicales » portant sur au moins l’un des deux. Une fois de plus la porosité des frontières a-t-elle facilité l’activité terroriste et montre aussi dans quelle proportion les Etats européens semblent démunis face à une menace qui a pris des proportions inquiétantes.

Du constat évident que l’assassinat de Mauranne et Laura n’est pas un fait divers, peut-on poser deux questions : 1) Combien de faits terroristes sont-ils systématiquement passés en faits « divers » ? 2) Pourquoi s’évertuer à mentir alors que personne n’y croit – pas mêmes ceux chargés de nous vendre la pathétique narration du déséquilibré sui generis ?

Enfin, inégalité suprême, puisque la protection d’Emmanuel Macron a été doublée – lui qui souhaitait en mars 2017 que les Français « s’habituent au terrorisme » – pourquoi donc se protéger puisque tout n’est que réchauffement climatique et déséquilibre mental ? Au mensonge se mêlerait donc l’hypocrisie. Conclusion, des herses à l’Elysée, frontières ouvertes pour l’Europe. Des dizaines de gardes armés pour Macron, pas même un cure-dent pour le sans-dent.

(1) Le frère du tueur de Marseille avait combattu en Syrie (Le Figaro, 9 octobre 2017)

Partager :

Vous êtes des milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre nos publications et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, votre soutien est indispensable:

  1. En ligne avec 2 euros par semaine.
  2. En ligne avec 5 euros par mois.
  3. Par chèque avec 60 euros par an.


© Le Politique, reproduction limitée autorisée sous conditions.

Jacques Dubuisson

Jacques Dubuisson est fonctionnaire à la retraite et s'intéresse aux problématiques sécuritaires.

Une pensée sur “130 gardes armés pour Macron, pas un cure-dent pour le sans-dent

  • 13 octobre 2017 à 23 h 12 min
    Permalink

    Quand vont-ils arrêter de nous mentir, de voir la réalité en face et de prendre des mesures indispensables et autoritaires pour contrer le terrorisme. Nous en avons assez de ce laxisme!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *