Comme l’islamisme, le relativisme menace gravement la République

Suivez Le Politique

Les opinions exprimées ci-dessous sont uniquement celles de l'auteur.

L’extrémisme, qu’il soit religieux, politique ou idéologique, ne constitue jamais une réponse adéquate à une situation complexe surtout lorsqu’elle s’inscrit dans un contexte de tension accrue. Aujourd’hui, l’extrémisme nommé « islamisme » menace la République et tous ses acteurs politiques – à de très rares exceptions près – en conviennent, à droite comme à gauche, de Laurent Wauquiez à Manuel Valls en passant par Emmanuel Macron.

Si les avis divergent légitimement sur les solutions à employer pour traiter efficacement la menace terroriste islamiste, le verbe et l’action politiques sont par contre très insuffisants quand il s’agit de combattre le relativisme qui sape la République et sème le danger ultime de la désunion nationale. Le relativisme consiste à systématiquement diminuer la gravité de faits d’une violence inouïe et d’un extrémisme absolu à l’instar de l’assassinat terroriste des cousines Mauranne et Laura à la gare Saint-Charles de Marseille.

Régulièrement qualifié de « fait divers », cet acte de la plus haute cruauté est de façon incompréhensible amoindri dans sa portée symbolique et son message terrifiant. D’abord est-il un assassinat typiquement et ouvertement islamiste dont l’objectif de terroriser la population est pleinement atteint. Ensuite répand-t-il efficacement le constat que l’Etat ne semble plus guère en mesure de nous protéger, moins encore les plus vulnérables comme ces deux jeunes Femmes, symbole de notre jeunesse généreuse et active. Dès lors, en parler comme un « fait divers » constitue à la fois un aveuglement effrayant et une insulte ultime aux victimes et à leurs proches.

Cela participe de ce dangereux relativisme qui consiste également à comparer l’incomparable dans le dessein évident de diminuer la gravité du fait et d’aller jusqu’à trouver une explication à l’inacceptable. Tel est le cas par exemple de Sonia Nour, fonctionnaire territoriale et conseillère de Gilles Poux (PCF) à la mairie de La Courneuve, qui a écrit ces mots aussi incroyables de mauvaise foi que terrifiants de relativisme : « Quand un martyr égorge une femme et poignarde une autre là ça fait du bruit. Terrorisme, du sang, civilisation Bla Bla Bla.. Par contre que le terrorisme patriarcal nous tue tous les 2 jours on l’entend moins votre grande gueule. »

Au-delà de la syntaxe et du vocabulaire discutables, ces quelques mots incarnent parfaitement le relativisme qui grignote petit à petit la volonté collective de la France de demeurer un peuple Libre où l’on ne tue pas pour une religion, où la Femme est l’égale de l’Homme, où la Liberté de conscience est la clef de voûte de la République. Face à des mots aussi sidérants qu’insupportables, face à cette comparaison inadmissible, le mot « martyr » pour désigner un criminel terroriste d’une lâcheté paroxystique montre à quel point la France est gangrenée en son sein par des individus qui crient systématiquement à la discrimination mais refuse le statut éminent de victime à deux jeunes Femmes innocentes.

Le combat contre l’extrémisme ne peut pas faire l’économie du combat indispensable contre le relativisme. Les sanctions doivent être exemplaires et drastiques contre cette maladie insidieuse qui sape ouvertement par les mots plus que par les actes notre République et vise à nous plonger dans la guerre civile. Une fois encore, tout doit être fait pour l’empêcher. Combattre le terrorisme requiert le combat des idées, la réaffirmation des valeurs Républicaines et la lutte acharnée contre toute expression de l’extrémisme islamiste.

Vous aimerez aussi :

L’Etat a failli et pouvait empêcher l’assassinat de Laura et Mauranne

Partager :

Vous êtes des centaines de milliers à lire Le Politique, intégralement financé par ses abonnés et donc 100% indépendant. Afin de poursuivre notre développement et d'étoffer notre traitement plus équilibré de l'actualité, nous vous invitons à nous soutenir:

  1. En ligne avec 20 euros par trimestre,
  2. Par chèque ou virement avec 80 euros par an.

Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

2 pensées sur “Comme l’islamisme, le relativisme menace gravement la République

  • 4 octobre 2017 à 18 h 08 min
    Permalink

    Relativiser et minimiser systématiquement la violence portée par ces actes ne serait ce pas là, une façon déguisée de masquer le manque de volonté politique et/ou la peur d’appeler un chat un chat ?

    Répondre
  • 17 octobre 2017 à 13 h 06 min
    Permalink

    Relativiser est le contraire de « absolu ». C’est une façon commode de donner le change pour éviter la vérité : c’est un mensonge coupable et dangereux. En politique c’est un crime ! Assez peu de personnes sont capables de parler vrai, d’exprimer leur pensée réelle. C’est bassement humain.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *